les hommes autour du prophete djurdjurakabylie

Aller au contenu

Menu principal :

les hommes autour du prophete

Religion > Hadithe

 

Au nom de Dieu le Miséricordieux Le Très Miséricordieux

 

Des hommes autour  du prophète

 

Table de Matier Tom 1

فهرس الجزء الأول

Introduction

المقدمة

La Lumière qu'il ont suivie

النور الذي اتبعوه

1

Moussab Bin Oumaïr

مصعب بن عمير

1

2

Salman AI-Farisi

سلمان الفارسي

2

3

Abou Dhar Al-Ghifari

أبو ذر الغفاري

3

4

Bilal Bin Rabah

بلال بن رباح

4

5

Abdallah Bin Omar

عبد الله بن عمر

5

6

Saad Bin Abi Waqas

سعد بن أبي وقاص

6

7

Souhaib Bin Sinan

صهيب بن سنان

7

8

Mou'az Bin Jabal

معاذ بن جبل

8

9

El Miqdad bin Amr

المقداد بن عمرو

9

10

Saïd Bin Amer

سعيد بن عامر

10

11

Hamza Bin Abdel Mouttaleb

حمزة بن عبد المطلب

11

12

Abdalah Bin Massoud

عبد الله بن مسعود

12

13

Houdhaifa Bin Al-Maman

حذيفة بن اليمان

13

14

Ammar Bin Yasser

عمار بن ياسر

14

15

Oubada Bin Al-Samet

عبادة بن الصامت

15

16

Khabbab Bin Al-Arath

خباب بن الأرث

16

17

Abou Oubaïda Bin Al-Jarrah

أبو عبيدة بن الجراح

17

18

Othman Bin Maz'oun

عثمان بن مظعون

18

19

Zaïd Bin Haritha

زيد بن الحارثة

19

20

Jâfar Bin Abitaleb

جعفر بن أبي طالب

20

21

Abdallah Bin Rawaha

عبد الله رواحة

21

22

Khaled Bin Al-Walid

خالد بن الوليد

22


Au nom de Dieu le Miséricordieux Le Très Miséricordieux

 

PREFACE

 

Louange à Dieu le Seigneur des mondes, et que la paix et la grâce de Dieu soient sur notre Maître et Prophète Mohammad, sur sa famille, sur ses compagnons et sur ceux qui l'ont suivi et le suivront jusqu'au jour de

le résurrection. Cet ouvrage que nous mettons entre les mains des lecteurs, ne traite pas de biographies de ces hommes célèbres dans l'histoire musulmane, ni même la moindre partie quand il s'agit d'une biographie adéquate - plu‑ tôt il nous révèle les côtés lumineux de leurs attitudes glorieuses dans les circonstances les plus difficiles, ainsi il nous montre les efforts qu'ils ont prodigués ne cherchant rien que le martyre afin que la parole de Dieu soit la plus élevée. C'est un petit groupe des hommes qui ont vécu du temps de Mohammad - que Dieu lui accorde grâce et paix - et l'ont accompagné dans les moments difficiles, qui ont cru en lui, l'ont secouru et soutenu, et qui ont suivi la lumière descendue avec lui. Des hommes qui ont lutté avec leurs biens et leurs personnes dans la voie de Dieu. Des hommes qui ont fait l'Hégire (l'émigration de la Mecque à Médine) en délaissant familles et biens, rien que pour obtempérer aux ordres de Dieu. Des hommes qui ont été fidèles au pacte, qu'ils avaient conclu avec Dieu.

 

Des hommes qui étaient des modèles à suivre dans leur bravoure, sacrifice, générosité, altruisme, instruction dans la religion et connaissance du Coran. Paix sur eux et sur les saints serviteurs de Dieu. Notre dernière invocation: «Louanges à Dieu, le Seigneur des mondes».                        

FAWZICHAABAN

Au nom de Dieu le Miséricordieux, le Très Misés icordieux

 

«Voilà ceux que Dieu dirige! Voilà ceux qui sont doués d'intelligence»

 

(Coran xxxix 18)

Au nom de Dieu le Miséricordieux, le Très Misés icordieux

 

بـــســـم الله آلـــرحـــمـــن آلـــرحـــيـــم

 

أَوْلَئِكَ أَلَّذينَ هَداهمَ آللهُ وَ َوْلَئِكَ هُمْ أُولو الألْبَاب

 

ُقَّدَّمَة

 

 مَا كَانَ حَدِيثَا يُفْتََرى، وَ لاَفُتُونًا يَتَرَدَّدُ، ذَلِكَ ألْحدِيثُ رَوَى بَهِ ألتَّاريخُ أنْبَاهَ أعظَمِ ثُلَّةٍ ظَهَرَتْ فِي دُنيَا وَ ألإِيمَانٍ..!!

ذَلِكَ أنَّ ألتَّاريخَ الإنْسَانِِيَّ بَطولِهِ وَ بِعَرَْضِهِ، لَمْ يَِشْهَدْ مِنَ ألتوثيق وَ ألصَّدْقِِِ وَتَحَرِّي ألْحَقِيقَةِ مَا شَهِدَتَهُ تِلْكَ ألْحَقَبَةُ مِنْ تَارِيخِ ألإسْلاَمِ وَرِجَالِهِ ألسَّابِقِينَ، حَيْثُ تَوَفَّرَ عَلَى دِرَاسَتِهَا وَ تَتْبِعِِ أنْبَائهَا جُهْدٌ بَشَرِيُّ خَارِقُ، نَهَضَتْ بِهِ أجْيَالُ مُتَسَاوِقَةُ مِنْ


INTRODUCTION

 

Ce n'était pas un conte imaginaire, ni une épreuve qui pouvait se répéter , sue l'histoire nous a raconté au sujet d'un groupe des hommes glorieux qui fit apparition dans le monde du dogme et de la foi. Car l'histoire humaine de long en large n' a vu une telle période véridique à la recherche de la vérité comme cette période de l'histoire musulmane et ses hommes antérieurs. pour étudier cette époque il a fallu un effort humain extraordinaire perpétué par les générations de savants érudits qui ne laissèrent le moindre détail de cette époque primaire sans le soumettre à une étude pointilleuse sous le microscope de l'examen et la lumière de 1' étude et de la critique. Donc la gloire luminiscente que nous voyons sur les pages de ce livre sur ces hommes remarquables de la compagnie du Messager r, n'est pas une légende, même si elle le parait tel.lement elle est dotée de surnaturel et d' extraordinaire!!! Cette suprématie des compagnons de l'Envoyé de Dieu, sur lui la grâce et la paix de Dieu, que nous allons montrer dans cet ouvrage, n'est pas une légende même si elle apparait comme telle. Elle est une réalité aimant de ces hommes qui brille toujours comme ils les voulaient eux‑ mêmes et non pas comme ils le voulaient les écrivains et les narrateurs, grâce à leur effort. Et ce livre ne se vante pas de présenter cette gloire complète .aux lecteurs ... Il lui suffit de faire allusion à ses traits et aspire à son apogée . Mais l'histoire ne révèle pas des hommes qui se décidèrent de leur volonté à atteindre le but de la justice exemplaire, puis se cousacrèrent en suivant un rythme de vie montrant leur courage et leur sacrifice afin d'y arriver, comme l'histoire fut témoin sur ces hommes qui se groupèrent autour de l'Envoyé de Dieu. Ils vinrent à la vie dans leur temps attendu et leur jour promis ... Au moment où la vie appelait ceux qui pouvaient rénover valeurs spirituelles en les rajeunissant et les élucidant, ces hommes vinrent avec leur Messager noble pour précher en ascètes. Et au moment où la vie appelait ceux qui pouvaient débat asser l'humanité de son joug en libèrant son existence et sa destinée, ces hommes vinrent après leur Messager en révolutionnaires et libérateurs... Enfin au moment où elle incitait les gens afin de créér la civilisation des nouvelles sages , ces hommes sont venus en pionniers et aspirants ... Alors comment ces pieux ont accompli toute leur oeuvre en quelques années ...Comment ont-ils réduit 1' ancien monde, ses Empires et ses sceptres en sable répandull Comment ont-ils fondé avec le Coran de Dieu et ses paroles, un nouveau monde plein de fraîcheur .. brillant de gloire ... et surpassant de puissance ...?? Et avant et après cela.. Comment ont-ils pu àlavitesse de la lumière illuminer la conscience humais avec vérité monothéiste et lui ôter pour toujours le paganisme des siècles...?? Ceci est leur vrai miracle... Aussi leur vrai miracle est celui de leur pouvoir personnel grandiose à travers lequel ils ont créé leur mérite en s' attachant à leur foi d'une façon originale ..! Mais leur miracle n'est celui que la réflexion modeste d'un miracle plus grandiose celui qui apparut au monde, quand Dieu (Q.B .E) ordonna de faire descendre et révéler son coran, et à son fidéle Envoyé de la divulgeur . Enfin aux muslumans de suivre' leur chemin. Dans ce livre qui parut en cinq tomes séparés est disponible maintenant dans une seule édition complète unifiée et nous présentons «60»personnges de la compagnie que Dieu les bénisse et les salue Et somme est écrit dansl' épilogue dulivre, ces «60» personnages représentent des milliers de leurs confrères glorieux contemporains du Messager qui cruent en lui et le secondèrent...dans leur image nous pouvons voir l'image de tous les ompagnons. Nous voyons leur croyance, leur fermeté, leur héroisme et leur fidélité au Prophète et à Dieu. Nous voyons l' effort qu'ils ont fait.. et la peur qu'ils ont endurée..et la victoire qu'ils ont gagnée .. et leur rôle hautain qu'ils ont perpétué pour libérer toute l'humanité du paganisme de la conscience et la perte du destin. Le lecteur ne trouvera pas parmi les «60» les 4 califes du Messager : Abou Baker, Omar, Othman et Ali... Car Dieu nous a aidé à rédiger à chacun un livre et les livres sont apparus : - Abou Baker est venu...entre les mains d' Omar .. chez Ali... Adieu Othman... Et maintenant procédons avec piété et béatitude à l'histoire de ces hommes pieux pour recevoir en eux les glorieux profils de l'humanité vertueuse et la plus humineuse, et pour voir à travers ceux qui ont porté des vêtements ce qu' a connu le monde comme gloire et sagesse..Et pour témoigner des légions de vérité qui éliminent l' ancien monde par leur croyance, en brandissant au ciel les étendards de la vérité nouvelle qui déclarent le monothéisme et la libération des humains .

 


 

La Lumière qu'ils ont suivie

Quel maître était-il? Et quel humain...?

Celui qui est plein de gloire, de fidélité et de grandiosité...?

Or ceux qui furent éblouis par sa gloire en sont excusés..

Et ceux qui sacrifièrent leur vie pour lui sont les gagnants.. !

Fils d'Abdellah Mohammed rMessager de Dieu aux hommes dans un moment crucial de la vie..

Quel secret lui fut donné pour devenir un homme qui honore les hommes..?

Et quelle main généreuse qu'il eut levé vers le ciel, pour que toutes les portes de la miséricorde, des bienfaits et

 

   de la bonne direction, fussent ouvertes largement..?!!

   Quelle foi, et quelle persévérence et quelle fermeté..?!

   Quelle sincérité, et quelle pureté et lucidité..!! .

   Quelle modestie, quel amour et quelle fidélité..!!

   Quel sacrement du droit..

   Et quel respect de la vie et des êtres vivants...?!

 

Dieu lui accorda de ses grâces la quantité qui l'a rendu apte à porter son étendard, parler en son nom et pour devenir le dernier de ses Messagers...

Et depuis la grâce .de Dieu sur lui fut grandiose...

Quoique les muses, les inspirations et les plumes s'évertuent entre elles pour chanter sa gloire, elles resteront toutes stériles et inertes, sans délier la langue d'une parole...

Et si les premières pages de ce livre le doivent parler du Messager que la prière et le salut de Dieu (Q.B.E) soient sur lui, elles n'aspirent point à rendre au récit son compte et à présenter le grand Messager aux lecteurs.

Elles cherchent uniquement comme un doigt de montrer avec pudeur quelques uns des traits du surpassement et de la grandeur de Messager. Ces traits qui suscitèrent les coeurs des hommes à se pencher vers lui et attirèrent vers lui avec une fidélité incomparable quelques uns cités dans ce livre des mouhajirines (émigrés) et des (Ansars, alliés) et aussitôt que la vie humant son parfum elle transforma son vent et sa brise en bonne nouvelle devant elle, et des apôtres à tous les coins du monde portant les principes du Messager, et le parfum du Prophète, ainsi les vrais rensignements, la suprèmatie du maître, la lumière du Messager et la clémence de l'Envoyé... Oui, c'est le but et rien de plus. Le but de voir à la lumière de ses rayons qui impliquent quelques

traits de sa gloire rarissime qui appela la fidélité des croyants, et leur laissant la possibilité de voir en lui le but et la voie... L'instructeur et l'ami... Qui est-ce qui a incité les nobles de son peuple à accourir pour embrasser ses paroles et sa religion.. Abou Baker, Talha, Al-Zoubair, Othman bin Affan, Abdel Rahman ben Aouf et Sad ben Abi Waqas... Ils quittèrent avec une vitesse croyante tout ce qu'ils recevaient de leur peu‑ ple comme gloire et faste et recevèrent en même temps une vie pleine de contraintes d'abus et de conflits.?!

Qu'est-ce qui a poussé les faibles de son peuple à chercher un asile sous l'aile de sa protection, et accourir pour être sous son étendard et suivre le Messager en le voyant sans armes et sans argent.. Tandis que le malheur et la méchanceté le traquaient dans une provocation désastreuse, sans que le prophète rpuisse les repousser?

Qu'est-ce qui a porté le géant de la (Jahiliya) Omar ben Al-Khattab qui est venu lui couper la tête de son épée, à utiliser cette même épée rendue plus efficace par la foi pour couper les têtes de ses ennemis et ses persécuteurs. Qu'est-ce qui a poussé l'élite des Médenions à venir lui prêter serment d'allégeance, puis endurer à ses côtés les terreurs et les calamités, sachant que la guerre entre eux et Koraïche est plus que terrifiante...?

Quelle cause a fait multiplier le nombre des croyants au lieu de diminuer, et lui qui leur criait jour et nuit: «Je ne détiens pour vous ni mal ni bien.. Et j'ignore ce que l'on fera de moi et de vous»? Qu'est-ce qui leur a fait croire que le monde s'ouvrira pour eux et leurs pieds fouleront les richesses du monde et ses trônes; et ce coran lu en discret sera retentissant à pleine voix non pas seulement dans leur génération et leur île, mais à travers toutes les époques et les continents..?! Qu'est-ce qui leur a fait croire à la prophétie du Messager tandis qu'ils regardent autour d'eux de tous les côtés ne trouvant que la chaleur et l'indigence, et des pierres qui émanent la chaleur de la Géhenne, et des arbustes secs dont leurs fruits sont semblables à des têtes de démons? Qu'est-ce qui a rempli leurs coeurs de la foi et de la fermeté? C'est le fils d'Abdellah. Et qui peut leur assurer tout cela en dehors de lui! Ils ont vu par leurs propres yeux sa vertu et ses bonnes qualités. Ils ont vu sa pureté, sa châsteté, sa loyauté, sa rectitude et sa bravoure... - Ils ont vu sa grandiosité et son affection. Son intelligence et sa connaissance. Ils ont vu le soleil illuminé par son honnêteté et la grandeur de son âme... Ils ont senti la vie circuler dans les artères de la vie, quand Mohammed r a commencé à divulguerla révélation du jour et la méditation de la nuit..!! Ils ont vu tout cela .et plus encore, non pas derrière un voile, mais face à face avec une pratique et çlairoyance. Et quand un arabe de cette époque voit une chose et l'examine il vous instruit alors comme un expert...Ces arabes à cette époque étaient les plus habiles à suivre les traces des pieds et savoir l'existence de l'eau en examinant le vol des oiseaux. Si l'un d'eux observe les empreintes des pas sur la route il vous dit c'est le pied de tel fils de tel..!  En respirant l'haleine de son interlocuteur il vous certifie s'il est sincère ou menteur..!. Ceux là, ont vu «Mohammed» et furent ses contemporains depuis qu'ils est venu en ce monde comme se lève la lune. Aucun détail de sa vie ne leur échappa. Même son enfance cette période uniquement observée par les parents.. Pour Mohammed r cette période était claire et exposée à tous les habitants de la Mecque. Car son enfance n'était pas comme les autres, elle intéressait les gens à cause de sa virilité précoce et entreprenante et dont le sérienx des hommes a pris la place de la distraction des enfants?! Par exemple Koraïche parlait du petit fils d'Abed Al-Mouttaleb qui ne prenait par partie aux jeux d'enfants et chaque fois qu'il y fut invité il disait: Je ne suis pas né pour ceci..!

Et aussi que disait Halima sa mère nourricière quand elle retourna avec lui chez ses parents. Elle raconta son expérience avec l'enfant en observant son comportement ce qui la rendit convaincue qu'il était un enfant extraordinaire et qu'il récélait un secret seul Dieu le savait et les jours pourront le révéler... Quant à sa jeunesse elle était des plus pures puisque cette période était la plus distincte et la plus lucide. Ainsi, ses concitoyens ne parlaient que de lui. Ils l'observaient de près avec une grande estimation. Quant à son âge adulte il fut le joyau de tout oeil, oreille et coeur. Et en plus de tout cela, il était la conscience de son peuple et sa société, ses actes sont devenus le critère de leur opinion sur le vrai, le bon et la beauté... Donc c'est une vie lucide et lisible depuis la naissance jusqu'à la mort. Toutes ses visions.. tous sts pas... tous ses mots... ses gestes même ses rêves et ses souhaits, et ses idées depuis son avènement, sont devenus une réalité pour tout le monde. Comme si Dieu tout puissant a voulu ceci pour déclarer au monde; celui-ci est mon Messager pour vous, son moyen est la logique et la sagesse.. Et voilà sa vie depuis qu'il était dans le ventre de sa mère (ou depuis qu'il était fœtus). Et avec votre logique et sagesse, examinez et jugez cette vie. Y-a-t-il un doute? Y-a-t-il du faux? A-t-il menti? A-t-il trahi? A-t-il failli? Avait-il été injuste envers quelqu'un? A-t-il découvert une nudité? A-t-il failli à une conscience?

A-t-il coupé un lien de parenté? A-t-il négligé un devoir? A-t-il Taché un acte de bravoure? A-t-il blasphémé sur quelqu'un? Ou a-t-il adoré une idole. Cherchez bien, examinez avec minutie, aucune étape de sa vie n'a été cachée ni camouflée.Et si sa vie comme vous l'observez est lucide, véridique et grandiose, est-ce de la logique et du bon sens qu'un homme mente après ses 40 ans en ayant cette vie..! Et à qui va-t-il mentir..? A Dieu pour prétendre être son Messager, il l'a choisi parmi plusieurs et lui inspira son message??? ... ! ! Non... Le bon sens et l'intelligence le disent.... La logique et la sagesse le disent... Donc, comment pensez-vous..? Et quelle vérité rejetez-vous..? C'est ainsi comme nous le considérons que les premiers croyants au Messager r étaient ceux qui ont fait l'hégire.. Et ceux qui ont accordé hospitalité et secours... C'était un début déterminant et rapide, l'indécision et le doute n'avaient pas leur place. Un homme qui a cette vie lumineuse et puritaine ne peut mentir à Dieu. Avec une intelligence perspicace ces croyants ont vu la lumière de Dieu et l'ont suivie... Et ils loueront leur intelligence quand ils verront le Messager de Dieu victorieux par la grâce de son créateur, et toute l'île lui est soumise, et les portes du butin s'ouvrir devant eux d'une façon inimaginable... Tandis que lui, il resta lui même, devenu de plus en plus pieux, ascète et fervant jusqu'à sa mort quand il est allé rejoindre son créateur couché sur une natte faite de roseaux qui laissent leurs empreintes sur son corps..!!. Et quand ils le voyaient lui le Prophète victorieux dont l'étendard couvrant l'horizon montant sur la chaire et acceuillant les gens en pleurant leur diant: Celui que j'ai flagellé le dos, qu'il prenne de mon dos son indemnité . Et celui que j'ai pris son argent qu'il prenne du mien..Quand ils le voyaient avec son concle Al-Abbas lui demandant de lui accorder un commandement comme les autres musulmans, il le renvoya gentiment et lui dit: '` Par Dieu mon oncle je n'octroie pas ceci à celui qui le demande ou à celui qui le convoite !! Quand ils le voyaient endurer non seulement les malheurs avec les gens mais aussi il avait instauré un principe pour lui et ses parents: qu'ils seront les premiers à avoir faim s'il y a une famine et les derniers à se rassasier quand les gens mangeront à leur faim..!! Oui, les premiers croyants loueront leur intelligence qui a su déceler le début après avoir loué Dieu et lui être reconnaissants de les avoir dirigés vers la foi. Et ils verront aussi que la vie est la preuve la plus forte du Prophète intègre qui leur dit: «Je suis le Messager de Dieu pour vous» c'était vraiment une vie grandiose qui fut avec sa gloire et sa pureté la bonne preuve de la sincérité du grand maître et du Messager généreux. Son niveau de gloire et de dépassement ne s'est jamais dénivelé ni tombé, mais il est resté le même depuis la naissance jusqu'à la mort. Et à travers cette vie et après avoir atteint son sommet, elle leur apparut comme la lumière du jour que l'aspirant de cette vie, et ce message ne voulait pas avoir ni la richesse ni le rang ni la souveraineté. Quand tout ceci était à sa disponibilité il refusa tout et il vécut sa vie jusqu'à la dernière minute comme un chaste plein de repentir. Son esprit ne s'est éloigné de ses devoirs glorieux d'un cheveu.Et ne négligea ni une prière ni une guerre dans la voie de Dieu... A peine la deuxième moitié de la nuit eut commencé T il se levait pour faire ses ablutions, prier, et resta ainsi pleurant et invoquant Dieu. L'argent s'accumula chez lui, il ne changea pas et ne prenait pas plus que l'indigent parmi les muslumans en prenait. Il mourut et sa cotte était en gage. Tout le pays embrassa sa vocation et la plupart des rois de la terre se montrèrent débiles et consternés en recevant ses messages pour la religion musulmanse sans qu'une parcelle d'orgueil ne parvienne à s'emparer de lui.. ! Et quand il a vu des gens venir chez lui tremblant de peur il leur dit: Apaisez-vous ma mère mangeait la viande sèche à la Mecque... Les ennemis de sa religion posèrent les armes et vinrent vers lui, soumis pour décider de leur sort alors que dix milles épées étaient brandies sur les colline aux mains des musulmans le jourde la conquête de la Mecque. Il leur dit: Allez: Vous êtes libres! Même son droit d'assister à la victoire à laquelle il a voué sa vie il s'en est lui même privé, il marcha dans le cortège de la victoire le jour de la conquête en baissant sa tête desorte que le peuple ne pouvait voir son visage, répétant en secret les  invocations de reconnaissance trempées des larmes... élevées vers son Dieu tout puissant avec émotion, jusqu'à son arrivée à la Ka'ba où il confronta les idoles avec sa pioche en disant: La vérité est venue l'erreur a disparu. L'erreur doit desparaitre! ! Est-ce qu'il y a toujours du doute dans son message? Un homme qui voue sa vie pour un message dont il n'en tire aucun gain personnel ou une richesse ni un titre ou privilège. Même il ne cherchait pas une éternité pour sa personne car il ne croyait quà l'éternité au‑près de Dieu. Un homme qui passa sa vie depuis l'enfance jusqu' l'âge de 40 ans en pureté et méditation,puis dès l'âge de 40 jusqu'au terme de sa vie il passa son temps à l'adoration, mettre les hommes surlechemindedroit au combat dans la voie de Dieu, le monde lui fut grand ouvert mais il renonça à tous ses clinquants en persévérant dans ses pratiques cultuelles. Pouvons nous le considérer comme un menteur? Et pourquoi devait-il mentir? Après tout ne devons nous pas louer sa pureté en tant qu'homme et Prophète? Nous avons dit que la logique et la sagesse jusqu'à nos jours étaient la seule preuve de la véridicité de Mouhammad quand il a dit: «Je suis l'Envoyé de Dieu». Ce n'est ni de la logique ni de la sagesse qu'un homme ayant ce mode de mentir sur Dieu. Les premiers croyants qui se sont accourus vers lui, et nous avons l'honneur de les connaitre sur les pages de ce livre avaient la preuve logique et sage de sa Véridicité. Ainsi fut Mohammed avant son message. Et après son message. Ainsi fut-il à sa naissance Et de même à sa mort. L'oeil pouvait-il concevoir une certaine divergence dans sa conduite  durant toute sa vie? Ces années là n'ont pas de pareilles dans l'histoire s'agit-il de la fer‑ meté de la véridicité ou de la grandeur. Jamais... Et maintenant examinons de près les premières années de son message. Ces années là n'ont pas de pareilles dans l'histoire du concret et de la vérité!! Ces années révélèrent plus que d'autres les qualités du maître et guide de l'humanité! Ces années étaient le commencement du livre vivant, le livre de sa vie et de ses bravoures même ces années là étaient plus que d'autres la genèse de ses miracles! !  A traves les années le prophète était solitaire et désarmé dépourvu du repos, de sécurité et de stabilité, il parla aux hômmes de questions inconnues même de sujets qui leur déplaisaient. Il s'adressa à leur raison.. et combien il est pénible de s'adresser à leur raison au lieu de leur émotion. Et Mohammed prophète de Dieu n'a pas seulement accompli ceci car il se peut que le fait de s'adresser aux raisons s'allège lorsque le locuteur se trouve avec les gens dans un intérrêt et un espoir communs. Quand vous parlez d'un futur lointain, vous le comprenez et les gens ne le comprennent pas, vous y vivez et les gens ne l'assimilent pas. Oui! Parler à leur raison et détruire les  fondements de leur vie en étant loyal et fidèle sans intention d'obtenir ni gloire ni passion voilà le danger que seuls peuvent braver les courageux les pieux et les messagers! Alors le prophète était le héros de cette situation et son grand maître Le culte des idoles était le seul culte et ses rites étaient la religion. Et le Messager n'a pas utilisé une manoeuvre, aucune manœuvre. Le chemin pénible et la mission accablante auraient été en sa faveur s'il avait utilisé son intelligence rare pour aviser les esprits avant de les surprendre par le monothéisme.Il pouvait et il en avait le droit pour isoler la société de ses multiples divinités héritées depuis des centaines d'années, commencer à les coincer et les entourer autant qu'il pouvait pour s'éloigner du conflit en sachant que ceci allait susciter la haine de son peuple qui allait brandir contre lui les armes... Mais il ne l'a pas fait, voilà une preuve qu'il est un Messager. Il a entendu la voix du ciel retentir dans son coeur l'incitant à se lever, il se leva déclara la voie sans hésiter ni prendre la fuite?? Il leur fit face depuis le début avec l'essence du message et la vérité en question: Il leur dit: «Hommes! Je suis le Messager de Dieu envoyé vers vous pour l'adorer sans rien Lui associer. Ces idoles sont un égarement, elles ne vous font ni bien ni mal. Dès le début il leur déclara ces mots révélateurs, et dès le premier moment il déclencha la dure bataille contre eux jusqu'à la fin de sa vie. Est-ce que les premiers croyants avaient besoin d'une incitation pour croire au Messager...!! Quelle conscience vivante ne s'émeut pas devant ce spectacle glorieux et rare..? Le spectacle d'un homme connu par les gens par sa raison et ses caractères idéaux. Seul il fit face à son peuple par son message qui fait frémir les montagnes et les mots sortirent de son coeur et de sa bouche harmonieux et magnifiques comme si toutes les forces du futur se sont accumulées dans son vouloir et sa décision comme un destin qui se révèle ! ! Mais il se peut qu'elle soit une lueur d'un bon sort dans l'esprit et puis Mohammed revint à lui-même pour adorer son Dieu à sa guise laissant son peuple et ses divinités. Même si cette idée était venue à quelques esprits à cette époque, Mohammed rl'aurait rapidement dissipée. Il expliqua aux gens parfaitement qu'il est Messager et doit accomplir sa mission et il ne peut se taire et garder pour lui ce qu'il a découvert comme vérité et lumière. Toutes les forces du monde et de la nature ne peuvent le faire taire car c'est Dieu qui le fait parler et guide. ses pas. La réponse de Koraïche fut rapide comme les flammes avinées par le vent impétueux!! Alors les malheurs affluaient sur un esprit habitué à l'honneur et l'hommage. Le prophète commença à donner ses leçons avec une merise extraordinaire et une dévotoin inouie. Alors l'image de ce spectale remplissait le temps et l'espace et même l'histoire...Et ceux qui étaient dotés d'une conscience vive à la Mecque furent émerveillés et s'approchèrent de lui. Ils ont vu en lui un homme sublime. Ne sachant pas si le ciel et sa tête se sont rencontrés réciproquement. Ils ont vu chez lui la dévotion, l'endurance et la gloire. Ce qui était le plus étonnant c'était le jour où les nobles de Koraïche vinrent chez Abou Taleb lui dire: «Vous jouissez d'un rang remarquable parmi nous et nous vous avons chargé de demander à votre neveu de nous laisser libres, mais vous n'avez pas accompli la mission». Par Dieu, nous ne pouvons endurer le blasphème, de nos pères et le dénigrement de nos idées et de nos divinités ou bien vous le défendez d'agir ainsi, ou bien nous déclarons la guerre contre vous deux jusqu'à ce que l'une partie périsse». Abou Taleb envoya dire à son neveu: «O mon neveu! Ton peuple est venu me parler à ton suj et.Préserve nous deux et ne me charge pas de ce que je suis incapable de le supporter». Quelle sera la réponse du Messager envers ceci? Le seul homme qui le secondait semble le délaisser. Et il parait incapable d'effronter les Qoraichites qui leur menaçaient. Le Messager rn'hésita pas dans sa réponse et sa décision ne fut pas embrouillée . Non... Il ne chercha pas les mots qui affermissent sa foi. Il avait la foi ferme qui dépassait sa qualité d'être le maître de l'humanité en exhortant les hommes. Ainsi il parla et nous ne comp- renons pas est-ce un humain qui parle ou toute l'existence joue son hymne? Il lui répondit: «Ô mon oncle! Par Dieu s'ils mettaient le soleil dans ma main droite et la lune dans la main gauche pour abandonner cette cause afin que Dieu la fasse dominer ou que j 'y périsse, j e ne l'aurais jamais lâchée». Que le salut soit avec toi Ô Messager, la grâce de Dieu et ses bénédictions. Ô maître des hommes.. Tes mots sont décisifs!!! Abou Taleb se replia d'aussitôt et reprit sa bravoure et la bravoure de ses pères et serra des deux mains la main droite de son neveu et lui dit: «Dites tout ce que vous voulez par Dieu je ne vous livrerai jamais». Mohammed r ne prenait pas de son oncle malgré sa force la protection et la sécurité mais c'est lui qui diffusait aux gens qui l'entouraient la protection la sécurité et la persistance .. ! Oui donc parmi les hommes ne serait exulté et suivait le Prophète une fois apercevant ce spectacle? Sa persistance sur le vrai et son endurance pour transmettre le message pour la cause de Dieu, n'étaient pas pour soi, même ou pour un intétêt personnel.Tout ceci était apte à éblouir les raisons sages.. et animer les esprits vivants, qui suivent par les lumières qui les appellent et accourent aussitôt vers le fidèle sincère venu pour les purifier et les guider. Les hommes le virent entouré par les malheurs de toute part, et la consolation qu'il trouvait chez son oncle paternel Abou Taleb et son épouse Khadija l'avait perdu car leur mort successive s'est advenue à une diffé‑ rence de quelques jours... Et celui qui veut imaginer la persécution et la guerre de Koraïche contre le Messager désarmé, il lui suffit de savoir que même Abûu Lahab l'ennemi juré du Prophète, un jour sa conscience fut touchée de ce qu'il avait vu, il déclara protéger le messager, le prendre sous son toit, et combattre tout ennemi qui venait lutter contre lui... Mais le Messager refusa sa protection et resta noble, altier et dévoué...Personne ne peut le protéger contre cette animosité et personne ne possède le pouvoir de sa protection. Même Abou Baker ne pouvait que pleurer malgré sa grandeur. Le Messager s'en alla un jour à la Ka'ba, et comme il tournait autour d'elle, les nobles de Koraïche qui étaient à son affût sautèrent et l'entourèrent en disant: C'est vous qui dites tel ou tel sur nos dieux..? Il leur répliqua calme- ment: «Oui c'est moi qui dis ceci!!» Ils le prirent par sa robe, Abou Baker les supplia en pleurant et disant: «Tuez-vous un homme qui avoue que son maître est Dieu.. ?» Et celui qui a vu le prophète le jour du Taïf a vu ses œuvres de son intégrité et son dévouement qui seul les méritait. Il a tourné son visage vers «Thakif» en demandant aux gens de prier le Dieu unique et Dominateur Suprême. Ne lui suffit-il pas ce qu'il a reçu de sa tribu et ses parents Et ceci ne le prévient pas des multiples malheurs, lorsqu'il les reçoit d'un peuple qui n'est pour lui ni frère ni parent?? Non.. les conséquences ne sont pas prévues dans son compte... Dieu lui a dit: «Tu es chargé de transmettre le Message» Et il se rappelle du jour où son peuple exagéra dans ses blasphèmes, il retourna chez lui s'enveloppa sur son lit triste et plein de désolation, alors une voix du ciel frappa son cœur et l'inspiration lui vint tout du suite, lui ordonna comme le jour où il a reçu la révélation à la grotte «Hira'».

«Ô Toi qui est revêtu d'un manteau!.. Lève-toi et avertis». Il est donc un transmetteur et un avertisseur. Il est donc un Messager qui ne soucie pas au mal et ne cherche pas le repos, qu'il s'en aille à Taïf pour transmettre à ses parents la parole de Dieu (Q.B.E.) Là-bas les nobles du pays l'entourèrent et ils ètaient plus hypocrites que leurs confrères à la Mecque, ils provoquèrent contre lui les enfants et les faibles d'esprit, et renconcèrent aux mœurs sacrées des arabes: l'hospitalité, et la protection à celui qui la demande. Ils lancèrent les insensés et les serviteurs pour lapider le Messager... Celui que Koraïche lui proposa, une somme d'argent qui le rend le plus riche, et le privilége d'être son chef et son roi. Il refusa-en disant: «Je ne suis que le serviteur de Dieu et son Messager». Le voilà à Taëf réfugié dans un jardin à la protection de son mur pour empêcher la poursuite des insensés.. Sa main droite tendue vers le ciel appelant Dieu.. Et de sa main gauche écartait les pierres jetées sur lui, il se confiait à son créateur et seigneur en disant: «Si tu n'es pas irrite' contre colère sur moi, je ne crains rien, mais ta clèmence me suffit amplement». Oui le Messager savait comment se confier à son Dieu avec politesse ... ! . En annonçant soninsonciancecontrelemal pour la cause de Dieu, il déclara aussi qu'il a tellement besoin de la clémence de Dieu... Dans une telle situation il ne se vante pas de son endurance et son courage, et ne se montre pas en gaieté, car cette gaieté dans une telle situation pourrait avoir le sens de rappeler à Dieu. Et ce n'est pas Mohammed qui ne reconnait pas ceci. Et puis après la meilleure chose dans cette situation et la démonstration de son courage et son endurance, c'est la voix de ses supliques et ses invocations... !. Ainsi il s'excusa en suppliant son Dieu: «Grand Dieu! à toi je me plains de la faiblesse de ma force et mon incapacité et la fatigue des gens.. Toi le plus miséricordieux des miséricordieux. Toi seigneur des faibles, et mon Dieu, à qui me confies Tu? à un étranger qui me maltraite? ou à un ennemi rendu responsable de moi? Si Tu n'es est pas irrité contre moi, je ne crains rien mais Ta clémence me soulage. Je ne réfugie auprès de Ta face lumineuse qui a éclairé les ténébres, Toi qui a rendu prospère la vie d'ici-bas et de l'audelà, afin que Tu ne Te courrouces pas contre moi. J'implore Ta satisfaction.. Il n'y a ni force ni puissance qu'en Toi. » Quel genre de loyauté avait le Messager pour son message.?. Tout seul, désarmé, les embûches le confrontent là où il s'en allait... Il n'y a aucune cause dans sa vie qui le seconde, puis il se charge de cette persistance, cette résistance et cette loyauté..?. Les gens le virent rètourner à la Mecque ni désespéré ni vaincu, mais plein d'espoir, de gaieté et de dévouement. Il se présenta aux tribus dans leur pays: Un jour chez les Kinda Et un jour chez les Bani Hanifa Un autre chez les Bani Amer Et ainsi de suite tribu après tribu. Il leur disait: «Je suis le Messager de Dieu envers vous Il vous ordonne d'adorer le Dieu unique sans rien lui associer et de quitter l'adoration de toutes les idoles en dehors de Lui». Et près des maisons des tribus proches Abou Lahab le suivait en disant: «Ne le croyez pas, il vous invite à la l'égarement.. !! .

Les gens virent le Messager de Dieu rdans cette situation difficile demandant les croyants et les partisans et ne recevant que l'ingratitude et l'inimitié.. Ils le virent refuser toute négociation pour que la foi ne se réduise à

un prix.. même si ce prix est une promesse de sa part pour un privilège et un règne.. Pendant ces jours difficiles il se prèsenta à la tribu de Bani Amer bin Sa'sa'a et leur parla de Dieu en récitant ses paroles. Ils lui demandè‑

rent alors: «si nous te prêtons sermet de fidélité et Dieu t'a rendu victorieux sur tes ennemis, héritons-nous ton pouvoir??.» Il leur répondit: «Dieu possède le pouvoir et l'accorde à qui il veut». Ils se levèrent cependant et lui dirent: nous n'avons pas besoin de toi. Le prophète les quitta en cherchant des croyants qui n'achètent pas leur foi à des vils prix.. ! ! .

Les gens le virent, une minorité crut en lui.. et malgré ceci et leur nombre minime it trouvait entre eux des amis et des compagnons... Mais Koraïche s'est décidée que chaque tribu devait corriger ceux qui ont cru au Message.

Et soudain la torture comme un orage envahit tous les muslumans, et les polytéïstes commirent toute sorte de meurtre: Et ici se passa la surprise inattendue. Mohammed va ordonner à tous les musulmans de s'expatrier vers

l'Ethiopie, quant à lui il resta tout seul pour confronter l'ennemi?!! ... Pourquoi il ne voyage pas, pour annoncer la parole de Dieu ailleurs car Dieu est le Seigneur des mondes et non pas de Koraïche uniquement??... Ou bien pourquoi ne les garde-t-il pas à ses côtés car leur présence est sûrement bénéfique??. Leur présence à la Mecque quoiqu'ils ne sont pas nombreux incite d'autre à se convertir à la religion de Dieu. Et puis parmi eux il y a un bon nombre des meilleures familles de Koraïche de plus fortes et de plus braves... Par exemple il y- a de Bani Omaya: Othman ben Affan; Omar ben Sa'id ben Al'As, et Khaled ben Sa'id ben Al'As. Il y a aussi de Bani Asad: -Al-Zoubair bin Al- Awam, Al-Aswad Bin Nawfal et Yazid bin zoumma'a, et Amr Bin Oumaya. Il y a aussi de Bani Zouhra: Abdel Rahman Bin Aouf, Amer bin Abi Waqas, Malek Bin Abi Ouhaïb, et Al Mouttaleb Bin Azhar... Il y a ceux-là et d'autres dont leurs familles qui ne pourraient supporter la persécution et le mal, alors pourquoi le Messager de Dieu rne les garde pas à ses côtés pour les prendre comme alliés et une force en sa possesion??. Ici se présente illuminée la grandeur de Mohammed prophète de Dieu.. Car il ne veut pas semer la zizanie et causer une guerre civile, même s'il était sûr de sa victoire..!! . Ici nous remarquons aussi son humanisme et sa grâce car il ne peut supporter la torture des gens à cause de lui. Même s'il savait que le sacrifice est un prix imposé pour les luttes légitimes et chaque noble vocation, Alors sacrifions là où l'on ne peut échapper à le faire. Maintenant puisque aucun moyen existe pour éviter cette torture que les musulmans choisissent cette voie. Pourquoi il ne les accompagne pas??. . Car le voyage ne lui est pas commandé encore sa place est là.. dans la terre des idole. Il ne cessa de prodamer l'unicité de Dieu.. Il recervra le mal et la souffrance sans per ni ennui, tant que lui seul ira les subir et non pas les faibles qui l'ont an et vont suivi... Et ainsi les nobles i l'ont cru et suivi aussi!!. Quiconque • autre forme de la fermeté, et de la cherté du sacrifice, qu'il nous l'apporte donc!. Cette sublimité - peuvent l'atteindre que les Prophètes doués d'une ferme résolution élus parmi les hommes.. L'homme et le Messager se sont réunis chez Mohammed dans une alliance solide et éblouissante.

Ceux qui ont douté de son message n'ont pas douté de sa grandeur ni de la pureté de son esprit et de sa humanité idéale. Dieu sait où placer son message pour celà il a choisi un homme, qu'il a purifié de sorte que tous les hommes pouvaient espèrer avoir une âme si élevée, sublime et fidèle... Les gens l'entendirent les défendre de toute exagération pour exalter sa personne et même les qualités qui sont au-dessus de la normale.

Il les grondait même quand ils se levaient pour l'accueillir lorsqu'ils sont assis en leur disant:[Ne vous levez pas comme font les étrangers (non-arabes) rendant hommage mutuellement les uns aux autres]. Le soleil s'éclipsa le jour de la mort d'Ibrahim son fils bien aimé, les musulmans le considérèrent comme étant une afflictionsur Ibrahim, le Messager se hâta pour contredire cette prétention et la nier, avant qu'elle ne se transforme en légende... Ils les exhorta en disant: «Le soleil et la lune sont deux signes parmi les autres signes de Dieu. Ils ne s'éclipsent ni pour la naissance ni pour la mort de quiconque». Ils est le garde loyal de la croyance des gens et de leur pensée, l'accomplissement de ce dei- lui était préférable à tout ce que la terre puisse contenir de louanges et d'exaltation. Et le Messagerrsavait très bien qu'il est venu pour changer la vie des hommes et non pas en tant que Messager seulement vers Koraïche et les arabes.. Mais pour tout le monde.. Et Dieu lui accorde une clairvoyance dont la portée sera si vaste desorte que son Messager parviendra là où son étendard sera hissé. Et il a vu clairement le futur de la religion qu'il a prêchée,etsonéternité jusqu'à ce que Dieu héritera la terre et son contenu.. Et malgré tout ceci il n'a vu en lui-même ni dans sa réligion, ni dans sa réussite qui n'eut jamais d'exemple sur la terre plus qu'une pierre dans l'ensemble du bâtiment. Et cet homme grandiose déclara ceci d'une façon claire. «Ma situation comparée à celles des Prophètes, est pareille à un homme qui a bâti une maison, l'a embellie et ornée , mais il a laissé vide la place d'une brique dans un des ses coins. Les hommes, entrés dans la maison, l'ont admirée en disant... Pourquoi tu n'as pas posé cette bri‑ que? Or c'est moi cette brique et je suis le dernier des Prophètes».

Toute cette vie qui l'a vécue..

Toute sa lutte et ses bravoures...

Toutes sa splendeur et sa pureté..

Et 'cette victoire apportée par sa religion sa vie durant, et celle qu'il savait qu'elle allait atteindre après sa mort...

Tout ceci n'est qu'une «brique»..!

Une seule «brique» dans une bâtisse si haute et si noble..!!

Et-c'est lui qui déclare ceci et le confirme !

Puis, par ces mots, il ne s'appropria pas une modestie afin de réaliser une avidité à une grandeur qu'il aspirait.

Mais il affirme cette situation en la considérant comme une vérité qui lui est une responsabilité qu'il assume, et une partie de l'essence de son message. Car -la modestie, malgré qu'elle est un des caractères innés de Mohammad, n'était pas la preuve qui fait monter sa grandeur, parce que la grandeur de Mohammad avait atteint de la supérmatie et de l'authenticité un degré de sorte qu'elle est devenue en elle-même le signe et la preuve.

Voilà le maître des humains et le dernier de prophètes. C'est la lumière vue par les gens quand il vivait en homme parmi eux. Puis le monde le vit après son départ en tant que vérité et souvenir... Et maintenant, en allant à la rencontre de quelques uns de ses com‑ pagnons sur les pages suivantes de ce livre, nous serons éblouis par leur croyance leur sacrifice et la sublimité incomparable du but pour le quel ils se sont sacrifiés. Toutes les raisons de cette persuasion seront élucidées devant nous. Ces raisons qui n'étaient rien que grâce à la lumière qu'ils ont suivie... Et elles n'étaient autre que Mohammed l'Envoyé de Dieu à qui Dieu a accordé les facultés de l'observation de la vérité et la grandeur d'âme grâce auxquelles la vie fut ennoblie, et les destins des hommes fu‑

rent éclairés.

 


MOUSSAB BIN OUMR

Premier ambassadeur de l'Islam

Comme c'est beau de commmencer avec cet homme des compagnons de Mohammed.rLe meilleur des jeunes de Koraïche, le plus éveillé, le plus beau et le plus jeune...

Les historiens et les narrateurs décrivent sa jeunesse: Il était plus parfumé parmi les gens de la Mecque, ...

Fut né dans l'aisance, s'y nourrit et grandit dans ses meilleurs conditions...Aucun jeune homme n'a été gâté à la Mecque par ses parents plus que Moussab bin Oumaïr. Ce garçon raffiné, gâté et riche, sujet de la cauerie des femmes de la Mecque et le pôle d'attraction de ses salons. Etait-il possible de se transformer en un symbole de la foi et du sacrifice? Par Dieu quelle nouvelle... La nouvelle de Moussâb ben Omaïr prénommé par les musulmans Alkhaïr ce qui veut dire la bonté.. ! C'est un parmi d'autres que l'islam les a façonnés et Mohammed l'a élevé... Mais qu'était-il? Son histoire est un honneur à tous les hommes. Ce jeune homme entendit parler de Mohammed comme les habitants de la Mecque.Mohammed qui disait que Dieu l'a envoyé comme annonciateur de la bonne nouvelle. Et quand la Mecque passait ses jours et ses nuits occupé par les propos du Messager ret sa religion, ce jeune homme gâté de Koraïche était le plus attentif à leur entretien. Malgré sa jeunesse il était le pôle d'attraction des salons de sorte que chaque assemblée réunit Mouss'ab à elle, car son élégance et son intelligence, étaient les qualités d'Ibn Omaïr auquel s'ouvraient les cœurs et les portes. Alors à Al-Safa, il entendit que le prophète et les croyants fréquentaient la maison de l'Argam Ibn Abi Arqam et n'hésite pas un soir pour s'y rendre précédé par sa passion et sa vision. Là bas le prophète rencontrait ses compagnons, leur récitait du Coran et adorait avec eux Dieu le Très-Haut. A peine Moussât) prenait place et les versets coulaient du coeur du prophète épanouis sur ses lèvres dans sa voie vers les coeurs aussitôt le cœur d'Ibn Omar dans cette soirée était devenu le coeur promis..! Son enchantement l'élevait de sa place exculté de joie. Mais le Messager mit sa main droite bénie sur sa poitrine qui s'illuminait et c'était la sérénité qui s'yplongeait. Puis en un clin d'oeil le jeune homme qui croyait, devenait , musluman possédant de la sagesse qui dépassait son âge, et une détermination qui pouvait changer le cours de l'histoire...!!

La mère de Moussâb, Khounas bent Malek avait une personnalité si forte que les gens la redoutaient et la respectaient. Et Moussâb, une fois devenu musluman, ne redoutait sur la terre que sa mère. Si toute la Mecque avec ses idoles ses nobles et son désert, étaient transformées en un grand danger, Moussâb l'aurait bravé.

Mais il ne supportait offenser sa mère. Il se décida rapidement de garder son Islam en secret jusqu'à ce que

Dieu parachève son décret. Et il continua à fréquenter la maison de l'Arqam où il tenait compagnie au Messager r et content de sa croyance en esquivant la colère de sa mère qui ne savait rien sur son Islam. Mais rien ne pouvait être dissimulé à la Mecque à cette époque-là. car les yeux et les oreilles de Koraïche guettaient tous les chemins et suivaient chaque trace de pas sur son sable fin et brûlant... Othman ben Talha le vit entrer en secret dans la maison de l'Arqam... Puis il l'a vu prier comme la prière de Mohammed. Alors il s'en alla plus vite que le vent et les tourbillons du désert chez la mère de Moussâb pour lui raconter ce que fait son fils, elle perdit la tête.Moussâb se présenta devant sa mère et sa tribu et les nobles de la Mecque et commença à leur réciter des versets du Coran par quoi le Messager purifie les coeurs et les remplit de sagesse et justice. Sa mère voulait le giffler pour le faire taire mais cette main replia plus vite qu'une flèche et s'affaiblit devant la lumière qui diffusait de son beau visage imposant le respect et le calme en la convaincant. Mais si la mère par son affection ne pouvait pas le corriger elle avait d'autres moyens pour venger les divinités que son fils a délaissées. Elle l'emmena dans un coin retiré de sa maison où elle l'emprisonna, il y resta jusqu'à ce que quelques croyants émigrèrent vers l'Ethiopie. Entendant cette nouvelle il trompa sa mère et ses gardes et émigra vers L'Ethiopie

.Il y restera avec ses frères émigrés puis ils retourneront à la Mecque ensuite ils referont cette émigration pour la deuxième fois selon l'ordre du prophète. Mais qu'il soit à la Mecque ou en Ethiopie son expérience dans la croyance sera remarquée par sa brillance en tout lieu et tout temps, il finit par reconstituer sa vie sur un nouveau plan choisi par Mohammed et Mous'ab fut convaincu que sa vie mondaine est devenue digne d'être sacrifiée pour la cause de Dieu le Munificent.  Un jour il rencontra quelques musulmans assis autour du Messager, quand ils le virent, ils baissèrent leurs têtes et pleurèrent abondamment. Car ils l'ont vu porter une soutane en haillons. Alors ils se rappelèrent avant sa conversion à l'Islam de ses habits élégants et parfumés comme les fleurs des jardins.  Le Messager de Dieu le regarda longuement avec admiration et reconnaissance. Il lui sourit et dit: [J'ai vu Moussâb à la Mecque où personne ne vivait comme lui dans l'aisance chez ses parents, mais il a tout délaissé pour l'amour de Dieu et son Messager].

Sa mère l'a privé dans son désespoir de tous ses biens, et refusa de donner à manger à celui qui a délaissé les divinités, elle l'a maudit même s'il était son fils Leur dernière rencontre fut lorsqu'elle essaya de l'emprisonner lors de son retour de L'Ethiopie, il jura de tuer toute personne qui osera l'emprisonner. Elle savailt très bien la fermeté de sa décision ils se quittèrent en pleurant. Leur séparation révéla la détermination d'une mère athée et d'un fils de plus en plus croyant. Elle le chassa en lui disant: «Val.. désormais je ne suis plus ta mère». Il s'approcha d'elle et lui répondit: «Mère! Je te conseille et te supplie de témoigner qu'il n'y a d'autre divinité que Dieu et que Mohammed est son Messager». Elle lui répondit colérique: «Je jure par les clairvoyances je ne me convertirai jamais à ta religion , et alors les gens me dénigrent et mon esprit s'affaiblit..!! . Moussàb quitta l'aisance dans laquelle il vivait préfèrant la vie austère et la faim. Et le jeune homme élégant, parfumé et habillé en haillons, mangeait un jour et restait des jours le ventre vide, mais son esprit élevé par la croyance et la lumière de Dieu transforma sa personne, en une autre qui imposait le respect et l'admiration Cependant le Messager le choisit pour une mission très importante: devenir son ambassadeur à la Médine pour enseigner la religion aux Ansars, qui ont cru et prêté serment d'allégeance au Messager à la Akaba et pour convertir d'autres à la religion de Dieu et préparer la Médine pour le grand jour de l'hégire. Parmi les compagnons du prophète il y avait des plus âgés des plus puissants et des proches parents du Messager, mais ce dernier a choisi Moussàb Al Khair en sachant qu'il va lui confier l'affaire la plus dangereuse et il mettra entre ses mains le destin de l'islam à la Médine qui sera la maison de l'émigration et le point de départ du Message et des conquérants dans un temps proche. Moussàb se chargea de la mission en se fiant à sa sagacité et son noble caractère. Il conquit les coeurs des habitants de la Médine par sa piété et sa fidélité, et alors les gens commencèrent à entrer en masse dans la religion de Dieu. A son arrivée à la Médine il n'y avait que douze musulmans qui s'étaient convertis à l'Islam et avaient prêté serment d'allégeance au Messager de Dieu le jour de Aqaba. A peine quelques mois s'écoulèrent et les médinois commencèrent à répondre à l'appel de Dieu et Son Envoyé. Au second pélerinage qui suivit le jour de Aqaba les musulmans de la Médine envoyaient une délégation à la Mecque pour rencontrer le prophète. Elle était composée de soixante dix croyants et croyantes sous le commandement de leur maître l'envoyé de leur ptophète Moussàb Bin Omaïr. Moussàb a prouvè par son intelligence et sa loyauté que le Messager de Dieu ra su choisir. Car Moussàb a su bien assimiler sa mission. Il sut qu'il devait inviter les gens à embrasser la religion de Dieu et les guider vers le droit que sa mission était celle de l'Envoyé de Dieu de transmettre le message. Etant dans l'hospitalité de Assàd Bin Zourara, ils s'en allaient ensemble fréquenter les tibus, les maisons, et réciter ce qu'il connait du livre de Dieu, en leur proclamant avec clémence «Dieu est L'Unique». Il fut exposé à des situations qui auraient été fatales sans son intelligence et l'élévation de son esprit. Un jour alors qu'il prêchait les gens, Ousaid Bin Houdair le maître de la tribu Bani Abdel et achal à la Médine le surprit en brandissant sa lance et en s'enrageant contre celui qui est venu changer la religion de son peuple et les incitant à quitter leurs divinités en leur parlant d'un seul Dieu inconnu de leur part ! Leurs divinités se trouvent dans leurs niches si quelqu'un en a besoin  sait où les trouver alors il s'y rendait leur demander secours, c'est ainsi qu'ils croyaient et imaginaient. Quant à Dieu de Mohammed que cet ambassadeur leur en parlait  personne ne savait où il se  trouve et ne pouvait le  voir... Quand les musulmans qui étaient assis avec  Moussâb virent Ousaïd Bin Houdair enragé et menaçant ils eurent peur. Mais Moussâb El Khaïr resta rigide, béat et acceuillant.. Ousaïd se présenta devant lui coléreux et s'adressa à Mouss'ab et à Asâad Bin Zourara: «Pourquoi êtes vous venus chez nous, pour dévier les faibles? Quittez nous si vous voulez rester vivants.. !». Et comme une mer houlanté et calme: Et comme la lumière de l'aube et sa douceur Moussâb El Khaïr sourit lui répondit sur un ton aimable: «D'abord assieds-toi et écoute..! si tu apprécies notre mission tu l'acceptes!. Et si tu la répugnes, nous cessons». Dieu est grand.. Quel grandiose épilogue..! !dont la fin sera satisfaisante. Ousaïd était un homme intelligent et sage et maintenant Moussâb s'adresse à sa conscience en lui demandant d'écouter, s'il est convaincu il le laisse par conviction sinon Moussâb quittera leur tribu et ira chez une autre sans causer ni recevoir du mal.. Là Ousaïd lui répliqua: «Tu dis vrai». II jeta sa lance par terre et s'assit écouter. A peine Mouss'ab eut terminé la récitation des versets enexpliquant le Message de Mohammed Bin Abdellah (SAW) Ousaïd commença à changer d'humeur impressionné par ces paroles.!! Une fois . Moussâb eut fini son allocution Ousaïd Bin Houdair s'écria: «Comme ils sont bons et vrais ces propos. Que faire pour embrasser cette religion?». Ils lui répondirent avec une acclamation qui fit frémir la terre puis Moussâb lui dit: «Il purifie son habit et son corps et il témoigne qu'il n'y a d'autre divinité que Dieu».

Ousaïd s'absenta pour un moment et retourna avec l'eau de la purifiction qui dégouttait de ses cheveux et il attesta qu'il n'y a d'autre divinité que Dieu et que Mohammed est le Messager de Dieu. La nouvelle se propagea à la vitesse de la lumière puis Saâd Bin Mou'az vint à son tour et se convertit à l'islam puis ce fut le tour de Saâd Bin Oubada et la grâce fut parachevée par leur conversion. Les gens de Médine se demandèrent si Ousaïd Bin Houdair, Saâd Bin Mouàdh et Saâd Bin Oubada se sont convertis' ai'islam, pourquoi nous ne les invitons pas? Partons chez Moussâb pour déclarer notre foi car il est dit: «Ses propos sont véridiques».

Le premier ambassadeur du Messager r a réussi d'une façon extravagante.. Une réussite bien méritée..

Les jours et les années s'écoulèrent, le Prophète et ses compagnons firent l'hégire à la Médine et les Qoraïchites ne cessèrent leur hostilité et leur poursuite contre les hommes vertueux. Puis ce fut l'expédition qui leur fut une leçon et fit perdre leur raison et cherchèrent à se venger. Puis hors l'expédition de Ouhod les musulmans s'attroupèrent le Messager rinspecta leurs rangs pour choisir l'homme à qui il devait lui confier l'étendard.. Il choisit Moussâb El Khaïr, qui s'approcha et reçut l'étendard. La bataille terrifiante commença les archers désobéirent aux ordres du Messager (SAW) et quittèrent leur position sur la montagne à la vue des polythéïstes vaincus mais leur acte changea rapidement la victoire des musulmans en défaite.. Les musulmans furent surpris par les cavaliers de Koraïche les attaquant du haut de la montagne et leur soumettant à leurs sabres assoiffés.

Et quand ils virent la panique et la peur disperser les rangs des musulmans ils visèrent le Messager pour le tuer.

Moussâb Bin Oumaïr voyant le danger, il leva haut le drapeau rugissant comme un lion et proclama la grandeur de Dieu.. Il s'enragea et commença à sauter follement.. Son seul souci était d'attirer l'attention des ennemis pour lacher le prophète. Il forma à lui seul une armée.. Oui Moussàb combattit tout seul comme une armée nombreuse. Une main portant le drapeau sacré..Une autre frappant de l'épée avec détermination.. Mais les ennemis se mulipliaient autour de lui ils voulaient passer sur son corps pour atteindre le Messager.

Laissons la parole à un témoin pour nous décrire la fin de Moussât) le grand... !. Ibn Saàd rapporte: Ibrahim Bin Mohammed Bin charhabil Al'Abadan d'après son père nous a raconté: Moussâb bin Oumaïr porta le drapeau le jour de Ouhod quand les musulmans s'éparpillèrent.Moussâb résista alors Ibn Koumaïa qui était cavalier lui coupa la main droite et Moussâb disait Mohammed n'est qu'un Envoyé, des Prophètes ont vécu avant lui.

Il prit le drapeau de sa main gauche, qui fut coupée, il tint alors le drapeau des bras contre sa poitrine en répétait les mêmes propos. Puis il lui asséna le troisième coup avec la lance et Moussâb tomba avec le drapeau.

Oui... Moussât) tomba.. aussi le drapeau! ! Le martyr et le meilleur des martyrs tombèrent. Il tomba après avoir participé au combat avec bravoure, le combat du sacrifice et de la foi. On croyait qu'en tuant Mouss'ab le chemin sera libre pour attaquer le Messager rdevenu sans défense ni protection. Mais il se consolait de son extême affection pour le Messagerr avec chaque coup qui lui coupait une main en disant: «Mohammed n'est qu'un des Prophètes qui ont vécu avant lui». Ce propos qui vont devenir des versets révélés et une partie du Coran qu'on récite.

Après la bataille acharnée le corps du martyr fut retrouvé la face contre terre taché de son sang parfumé..

Comme s'il avait peur que le Messager r ne l'aperçoive un cadavre inanimé et soit chagriné, alors il cacha son visage pour éviter ce dont il redoutait et en avait peur..Ou comme s'il avait honte de tomber martyr sans avoir la certitude que le Messager est sauf, et sans accomplir jusqu'à la fin son devoir de le protéger..! Dieu est à toi Moussâbt... Ton souvenir est un parfum de la vie..!!

Le Messager et ses compagnons vinrent sur le champs de la bataille faire leurs adieux aux martyrs..

Sur le corps de Moussàb des larmes abondantes coulèrent. Khabbab Bin Alarat dit:

«Nous avons émigré avec.le Messager (SAW) pour Dieu, désirant Sa Face et c'est à Lui qu'incombe notre rétribution. Parmi nous des gens moururent sans rien obtenir de leur récompense dans la vie tel Moussâb Bin Oumaïr tué le jour de Oulîod.. ne trouvant pour lui qu'un petit linceul... Si nous lui couvrions sa tête ses pieds se découvraient et vice versa alors le Messager r nous dit: «Couvrez-lui la tête avec, et mettez sur ses pieds de l'izkhir». Et malgré l'angoisse profonde du Messager rpour son oncle Hamza et les mutilations provoquées par les polytheïstes sur son corps qui le firent pleurer et affliger son cœur...Et malgré les corps nombreux de ses compagnons qui jonchaient le champ de la bataille et chacun d'eux incarnait la sévérité , la pureté et la lumière...Malgré tout ceci il se présenta devant le corps de son premier ambassadeur lui faisant ses adieux et le lamentant.

Oui le Messager rse tint auprès du corps de Moussâb et dit en le regardant de ses yeux lumineux plein d'affection et de gratitude: «Il y a parmi les croyants des hommes qui ont été fidèles du pacte qu'ils avaient conclu avec Dieu». Puis il regarda avec peine la cape qui lui servait de linceul et dit: «Je t'ai vu à la Mecque portant les plus beaux habits et les cheveux bien peignés.. Et te voilà maintenant la tête ébouriffée, enseveli dans une cape». Et le prophète ayant embrassé ses yeux tout le champ de bataille plein des compagnons de Moussâb s'écria: [Le Messager de Dieu témoigne que vous êtes les martyrs auprès de Dieu le jour de la résurrection]. Puis il se rapprocha de ses compagnons vivants et leur dit: [Ô gens visitez-les dans leurs tombes et saluez-les. Par celui qui tient mon âme en Sa main, nul musulman ne les salue jusqu'au jour de la resurréction, sans qu'ils ne lui répondent le salut. Paix sut toi Mouss' ab ! Paix sur vous ô martyrs!

Que la Paix de Dieu soit sur vous ainsi que sa miséricorde et ses bénédictions.

 

SALMAN AL FARISI

Le Chercheur de la vérité

Et de la perse vient un héros cette fois...

Et de la perse, il y eut plusieurs convertis à l'Islam, plus tard, ils furent des érudits que personne ne peut les égaliser dans la foi, la science.. la réligion et la vie... C'est l'une des merveilles de l'Islam et ses gloires, qui n'entre dans un pays des pays de Dieu sansqu'iln'émeuve les passions,agite les capacités déjà dissimulées et qu'il fende les grains des talents deleurs! philosophes, des médecins.. des ulémas, des astrologues, des inventeurs, des géomètres musulmans... Les voilà surgis de toute part, de tout pays, jusqu'à ce que les premières ères islamiques furent truffées des génies de penséem de volonté et de conscience.. Leurs patries sont diverseset leur religion est unique ..!! .. Le Messager r a prédit. cette expansion de la religion.. Non plutôt on lui promit de la part de son Dieu le Très-Haut et savant.. C'est comme on lui réunit le temps et les coins du monde afin de qu'il regarde de ses yeux l'étendard de l'Islam flotter dans toutes les villes.

Salman Al-Farisi en fut témoin et prit part à tout cela. C'était le jour du «fossé» en l'an 5 de l'hégire. Un groupe des juifs se rendirent à la Mecque pour exciter les pohythéistes contre leProphète et les musulmans, en leur promettant le secours afin de déraciner la nouvelle religion. Le stratagème était ainsi: l'armée de Koraïche et Ghatfan attaque la Médine de l'extérieur, en même temps Bani Qouraidha attaque de l'intérieur derrière les rangs des musulmans qui seront entre l'enclume et le marteau pour les exterminer.. !! Le Messager fut supris avec les musulmans par une armée nombreuse s'approchant de la Médine avec une supériorité d'équipement.Les musulmans furent déséspérés et ils étaient sur le point de perdre leur raison à cause de la surprise.

       Le Coran dépeind cette bataille

(Quand ils marchaient sur vous de toutes parts, quand vos regards se détournaient de terreur, quand les coeurs remontaient dans les gosiers, et que vous vous livriez à de vaines suppositions au sujet de Dieu)

 {Coran :XXXIII10}. 24 milles guerriers guidés par Abi Soufian el Ouyayna bin Hisn s'approchent de la Médine pour encercler Mohammad et ses compagnons et s'en débarrasser. Et cette armée ne présentait pas Koraïche toute seule.. Mais avec elle se trouvaient toutes les tribus qui trouvaient un danger dans l'Islam. C'etait la dernière chance pour les ennemis du Messager: individus, groupes, tribus et intérêts. Les musulmans se trouvaient dans une situation critique. le Messager rassembla ses compagnons pour délibérer de cette affaire. Alors leur réponse fut unanime pour combattre et défendre.. Mais comment organiser la défense?? Alors un homme aux longues jambes, aux cheveux touffus se présenta, le Messager l'aimait beaucoup et le respectait. Salman Al-Farisi tjetta un coup d'oeil du sommet d'une colline, il scruta toute la Médine et la vit.il l'a vu comme il la connaissait auparavant

fortifée par les montagnes et les rochers qui la défendent, mais un grand trou bien préparé permet à l'armée de pénétrer d'une façon très aisée. Salman avait connu dans son pays la Perse plusieurs moyens de guerre et les stratagéme, il proposa au Messager rson idée inconnue jusqu'alors aux arabes dans leurs guerres... C'était creuser une tranchée qui couvre la place découverte autour de la Médine. Dieu seul savait qu'est-ce qui attendait les musulmans dans cette invasion s'ils n'avaient pas creusé cette tranchée aussitôt vue par Koraïche qui fut ébreluée par la surprise. Son armée resta coincée un mois dans les tentes incapable d'occuper la ville de la Médine, jusqu'à une nuit Dieu tout puissant envoya un vent houleux qui déracina les tentes et dispersa

l'armée... Abou Soufian t appela ses soldats pour retourner d'où ils sont venus, désespérés et exténués..!!

 Pendant qu'on creusait la tranchée Salman prenait sa pioche avec les musulmans en creusant et en trimant.. Aussi le Messager r prenait sa place et travaillait avec eux. A l'endroit où Salman et ses compagnons

creusaient, une roche barrait leur chemin... Salman était fort de physique et bien entrainé, un seul coup de sa

main pouvait réduire un rocher en mille morceaux, mais devant cette roche il était désarmé.. Toute le monde qui l'accomagnait l'aidait sans aucune chance sauf pour les exténuer davantage..!! Salman s'en alla chez le Messager r lui demandant l'autorisation de dévier le sens du fossé afin d'éviter cette roche. Le Messager r retourna avec Salman pour examiner la place et la roche. Quand il l'a vue, demanda une pioche et demanda à ses compagnons de s'éloigner de ses éclats... Il prononça le nom de Dieu et éleva ses deux nobles mains portant la pioche, et de toute sa force, il frappa la roche, et la voilà clivée et de la fissure une lumière scintillante et éclatante sortit. Salman raconta: «J'ai vu cet éclat éclairer les côtés de la Médine... Alors le prophète de Dieu rs'écria:: «Dieu est grand.. On m'a donné les clefs de la Perse et à partir d'elle, les palais de Al-Hira et les ville de Cosroès furent éclairés, et ma communauté victorieuse». Puis au deuxième coup, le phénomène se répéta et la roche clivée brilla avec une lumière éclatante et le prophète rs'écria de nouveau: «Dieu est grand.. On m'a donné les


Pour télécharger le livre
 
Total :
Aujourd'hui : 0
En ligne : 1
Retourner au contenu | Retourner au menu